Changement de règle pour le photovoltaïque: "Non, non et non, je ne les crois plus"

51

Notre carte interactive sur la concentration des panneaux photovoltaïques en Wallonie a fait réagir Jean-François Piéret. Lecteur d'Apache.be et ayant lui-même investi dans une telle installation, il est profondément indigné par la situation dans laquelle lui et des milliers d'autres wallons se retrouvent. Il fait partie de ces centaines de citoyens désirant entamer une action en justice contre le changement de règle annoncé par le gouvernement wallon. Voici son témoignage.

Je suis vraiment scandalisé par les dernières décisions ministérielles concernant les panneaux photovoltaïques et les certificats verts.

Fin 2009, j’ai fait placer des panneaux sur mon habitation pour une puissance de 4620 Wc pour un montant de 21.730 € TVA comprise. Si j’ai fait cette démarche, c’est que je pense être un consommateur "responsable", respectueux de la nature, économe et ouvert aux innovations porteuses d’avenir.

Un personnage profitant du soleil (Photo: The55/  Juin 2012/ Flickr-CC)

Un personnage profitant des bienfaits du soleil (Photo: The55/ Juin 2012/ Flickr-CC)

Ainsi, j’ai suivi les conseils des spécialistes et des politiciens nous invitant à construire une maison "tout électrique" en 1984. On m’a également mis en garde sur la consommation de l’eau, j’ai donc fait placer une citerne à eau de pluie que j’utilise exclusivement (sauf en cuisine et pour le brossage des dents). Pour l’évacuation des eaux usées, j’ai suivi les notes et normes concernant la pollution, en faisant construire une station d’épuration avant de répandre les eaux dans mon terrain.

Et finalement le placement de ces fameux panneaux, encore chers à l’époque, mais qui répondait à un besoin: la seule énergie utilisée dans la maison étant l’électricité (et un poêle à bois en appoint).

Escroquerie

Maintenant, on nous traite de spéculateurs, de profiteurs, d'égoïstes

Ces panneaux, je les ai payé en retirant de l'argent de mon carnet d'épargne. Et donc en me privant d'autre chose. C'était un choix. Certains achètent une voiture, d'autres du mobilier ou de l'immobilier, d'autres vont en vacances…

La Région wallonne garantissait que toutes les productions ayant un certificat de garantie d’origine (CGO) recevrait un nombre de certificats verts (CV) proportionnel à sa production. Et que l’on pourrait les vendre à un fournisseur d’électricité ou à Elia pendant 15 ans au prix garanti et fixe de 65 €.

C’est donc un contrat entre le Gouvernement wallon et le citoyen, par un arrêté ministériel du gouvernement. Ce ne sont pas des promesses mais des actes législatifs! Si on change les règles en cours de partie, on est hors la loi. Et pour moi c'est de l'escroquerie pure et simple.

En réfléchissant bien, nous les pionniers, nous avons reçu des aides et des "garanties". Mais c’était pour inciter les citoyens à faire le pas, à investir et par là, à faire de la publicité pour ces installations, à développer le secteur, à donner de l'emploi surtout aux jeunes, à créer des entreprises, à faire baisser le prix des installations, à consommer vert… !

On m'a d'abord traité d'original, d’écolo, d'utopiste, puis de bon citoyen, d’économe, des amis, des voisins m’ont imité. Et maintenant "on" (nos politiques et d’autres concitoyens ) nous traite de spéculateurs, de profiteurs, d'égoïstes. C'est à peine si on ose dire qu'on a placé des panneaux solaires! Et puis, tout le monde profite de l'énergie verte que nous captons. Même ceux qui n'ont pas mis de panneaux. Non?

Gouverner c'est gérer, gérer c'est prévoir

Non, non et non: ces politiques-là, je ne les crois plus!

Le gouvernement wallon a traîné, n’a pas su prévoir (2 ans qu'ils connaissaient le problème) et a mal géré la situation. Ils l’ont même accentuée en inondant le marché de CV: les donnant à l'avance pour une nouvelle installation, ou en attribuant des quantités aux gros constructeurs d’éoliennes.

Et le ministre Jean-Marc Nollet veut donc changer la donne et instaurer un revenu garanti de 7%. Et il dit cela sans rire. Garanti? Jusqu'à quand? Non, non et non, je ne les crois plus! Il faut absolument réagir et se regrouper pour aller en justice devant les tribunaux.

Pourquoi ne pas agir sur les gros producteurs (éoliennes)? Pourquoi ne pas augmenter les quotas des compagnies d’électricité et obliger les producteurs de nucléaire à reprendre plus de CV au lieu de faire de plantureux bénéfices? Et si durant une période d'ensoleillement nous coupions tous notre production durant une semaine, sans la renvoyer dans le réseau?

Dans le cas où nous n'obtenons pas gain de cause via notre action en justice, et que la mesure annoncée est bien mise en oeuvre: mes panneaux sont-ils amortis dès le départ puisque je n’ai pas emprunté? Et mon manque à gagner (intérêts non perçus)? Et le matériel à remplacer (onduleur)?

C'est todi les p'tit qu'on spotche!