Exclus et surexposés, les journalistes web belges jongleurs de paradoxes (2)

0

Pour Apache, Amandine Degand, chercheuse associée à l’Observatoire du récit médiatique (UCL) synthétise les résultats de sa recherche doctorale. Immergée dans le quotidien des rédactions internet pendant près de 60 jours, elle a découvert des professionnels bien souvent déconsidérés au sein de leur espace professionnel.

La première partie de cette série d'articles sur "Les réalités des journalistes Web en Belgique" est accessible via ce lien.

La mise en abîme d'un écran d'ordinateur (Photo: Javier Bueno/ Septembre 2010/ Flickr-CC)

La mise en abîme d'un écran d'ordinateur (Photo: Javier Bueno/ Septembre 2010/ Flickr-CC) 

La situation des journalistes internet, ce n’est ni l’eden, ni le bagne journalistique. Les équipes web tentent de se convaincre que cette image de "sous-journalistes" qui leur colle à la peau finira par disparaître. Dans ce contexte, comment synthétiser la représentation du web journalisme telle qu’elle nous a été donnée à voir.

Un web journalisme à la fois exclu…

L'exclusion peut prendre des formes physiques ou symboliques

Le web journaliste lambda est "exclu", en premier lieu, des tâches symboliquement valorisées dans sa profession: enquêtes de terrain, reportage, analyse, style travaillé, vedettisation (octroyée par le micro, la caméra ou même la signature), contact avec des personnalités au travers des interviews.

L’exclusion peut ensuite prendre différentes formes, selon les rédactions. Les journalistes web peuvent être physiquement séparés des rédactions historiques, en étant installés dans des bureaux connexes, aux côtés des équipes techniques ou marketing.

Ils peuvent être symboliquement exclus des lieux de pouvoir ou de décision (réunions de rédactions, société de rédacteurs, …), de certains privilèges (de certaines réceptions ou des voyages de presse) ou enfin, de certains statuts, salariaux notamment. Cette exclusion protéiforme génère chez les journalistes interrogés un sentiment de frustration. 

… et exposé

Le web journalisme "expose" par ailleurs ses membres à différents types de risques. Parce qu’ils ne sont pas sur le terrain et parce qu’ils ont des impératifs d’immédiateté, ils sont exposés au risque de l’erreur ou de l’imprécision. Dans ce contexte, les journalistes vont développer une forme d’addiction aux nouvelles:

"Régulièrement, on va voir sur les autres sites à quelle heure ils ont publié l’info pour voir si on a gagné deux minutes. C’est même puéril pour ce que ça rapporte." (Journaliste web, Le Vif L’Express, Décembre 2009). 

Cette course à l’info entraîne, presque naturellement, des manquements aux standards professionnels:

"Il y a une volonté d’être vite sur la balle, de vite y aller, qui te fait oublier […] qu’il faut vérifier, pas se tromper, ‘checker’ s’il y a moyen." (Journaliste web, RTBF, Août 2009)

Les web journalistes sont par ailleurs exposés aux railleries de leurs collègues quand ils réalisent une sélection d’informations plus légères. Ce faisant, ils répondent bien souvent aux attentes de certains de leurs supérieurs qui ont trouvé la recette du succès: "Les 3 ‘S’: du sang, du sexe, du sport." (Journaliste web, Les Editions de l’Avenir, Octobre 2009). 

Quand ils modèrent les chats, il n’est pas rare que des journalistes se disent blessés par la virulence de certains propos

En décryptant les intérêts du public via les logiciels de mesure d’audience tels que Google Analytics, les web journalistes s’exposent à la critique de leurs collègues et à leur propre désapprobation:

"Il ne faut pas faire les hypocrites, les pages les plus vues ce sont les pin-up déshabillées. […] J’analyse souvent les chiffres de fréquentation, je sais qu’on a besoin de ça. Mais voilà, ça me dérange." (Journaliste web anonymisé, 2010)

Enfin, ils sont directement exposés à la critique des internautes, lorsqu’ils modèrent les chats et d’autres fils de discussion. Il n’est pas rare que des journalistes se disent blessés ou choqués suite à la virulence de certains propos. En résumé, les journalistes en ligne sont particulièrement exposés à différentes formes de critiques.

Vendredi 15 février 2013, nous verrons dans le troisième volet de cette série que ces conditions ont pour conséquence de rendre les journalistes web particulièrement critiques envers leur propre travail. Pour lire notre premier article sur les journalistes web en Belgique, cliquez sur ce lien.