Les rapports incestueux du Vlaams Belang avec l'argent (introdution)

25 juni 2013 Tom Cochez
Filip Dewinter (Foto Danny Gys - Reporters)
Filip Dewinter (Foto Danny Gys - Reporters)

Pourtant, aucun autre parti ne dépense autant en publicité et propagande que le Vlaams Belang (VB). Rien qu'en 2012, le parti leur a consacré 5,4 millions d'euros. C'est un million de plus que ce qu'a dépensé la N-VA lors des dernières élections fédérales, parti alors déjà deux fois plus grand que le Vlaams Belang. Ou un montant deux fois et demi plus élevé que ce qu'a dépensé l'Open vld, un parti de taille comparable.

Gerolf Annemans en Filip Dewinyter (Foto Jan Van de Vel - Reporters)
Gerolf Annemans et Filip Dewinter (Photo: Jan Van de Vel/ Reporters)

Question de camaraderie

Les rapports qu'entretient le Vlaams Belang avec l'argent et certaines entreprises posent question. L'imprimerie Verspecht à Londerzeel en est un bel exemple, les commandes d'impression de folders et autres livres atterrissent toujours intégralement dans ses carnets. La collaboration entre l'imprimeur et le département "graphisme" du Vlaams Belang fonctionne d'ailleurs à merveille.

Mais pourquoi le matériel promotionnel du club de foot (en faillite) du Beerschot a-t-il été imaginé dans les locaux du parti du Vlaams Belang? De même que le livre d'un ancien ministre néerlandais? Ou encore les folders d'autres partis sympathisants venant de l'étranger? Pourquoi Filip Dewinter et le patron de l'imprimerie Verspecht étaient encore, il y a peu, des clients réguliers des loges du Beerschot?

Et pourquoi Dewinter s'acoquine-t-il avec des hommes d'affaire peu recommandables, certains d'ailleurs reconnus coupables de fraude? Et comment se fait-il que l'homme fort du parti emploie trois secrétaires, manifestement incompétentes? Sans parler des motivations de ce riche entrepreneur immobilier, Walter Verbraecken, qui a durant des années versé de gros montants au Vlaams Belang...

Pendant deux ans, le journaliste Tom Cochez a enquêté pour Apache.be sur les liens étranges et frappants entre le Vlaams Belang, ses têtes pensantes et l'argent. Des dizaines d'entretiens réalisés avec d'anciens ou d'actuels membres du parti, parfois hauts placés, éclairent le fonctionnement de la machine à fric active derrière le parti.

Mais ils permettent également de lever de nouvelles questions: pourquoi le Vlaams Belang dépensent-ils systématiquement trop d'argent auprès d'imprimeurs amis, de sociétés qui le sponsorisent ou à des entreprises détenues par des membres du parti?

Ces réponses sont à trouver dans une enquête en quatre volets, que nous publions en néerlandais tout au long de cette semaine.

LEES OOK