En 20 photos, le Grand Casablanca à l'aube du changement

20 februari 2013 Benoit Theunissen
Un marchand de volailles derrière son étale, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)
Un marchand de volailles derrière son étale, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)

Derb Marrakech est l'un d'eux. Au premier coup d'oeil, il ressemble à n’importe quel quartier populaire du Grand Casablanca: les problèmes liés
 au chômage, à l'analphabétisme, au faible niveau de scolarisation, à la criminalité et à l’insalubrité de beaucoup de bâtiments ne sont pas rares.

Ces maux
 ont beau
 être nombreux, certains habitants gardent toujours foi en leur capacité de changement. En assurant une relative stabilité de vie, leurs efforts se répercutent à l’ensemble du quartier. Les Derb Marrakchis rêvent de voir 
un jour leur quartier devenir aussi florissant que la ville de Marrakech.

1. Toutes les maisons de Derb Marrakech sont construites selon la trame de l’architecte français Michel Ecochard. Le Protectorat français a fait appel à lui au lendemain de la seconde guerre mondiale afin de trouver une solution à l’afflux massif de nouvelles populations fuyant la campagne. Aujourd’hui, les habitations ont perdu leur cachet d’antan. Elles abritent toutes les générations d'une seule famille.

Une rue dans le Derb Marrakech, Maroc. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)
Une rue dans le Derb Marrakech, Maroc. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)

 

2. La revitalisation des habitations 
reste une priorité majeure pour les associations du quartier. Les frais
 de chantier sont principalement couverts par la société civile. Une participation financière marginale 
est demandée aux propriétaires des maisons restaurées. Malgré tout, certains habitants ont des réticences à débuter un tel processus.

Quatre hommes dans l'embrasure d'une porte, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)
Quatre hommes dans l'embrasure d'une porte, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)

 

3. La rue demeure un lieu de vie incontournable. Des bruits de jeux d’enfants, qui n’ont pas d’autres endroits pour s’épanouir, y résonnent du matin jusqu’au soir.

Deux enfants jouent à vélo dans la rue, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)
Trois enfants jouent à vélo dans la rue, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)

 

4. Les conditions de travail sont dures pour Abdelkader. Nombre de citoyens cherchent des petits boulots et les possibilités ne manquent pas. Certains choisissent de veiller sur les voitures la nuit, d’autres préfèrent tenir un kiosque, ou d’autres encore deviennent marchands ambulants.

Un homme cuisine derrière une échoppe ambulante, Derb Marrakerch. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)
Un homme cuisine derrière une échoppe ambulante, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)

 

5. Les autorités de Mohammedia organisent chaque année des réunions avec la société civile. Ces réunions s’inscrivent dans l’application du Schéma directeur d’aménagement urbain de la région du Grand Casablanca (SDAU), un programme qui ambitionne de préparer la région aux défis urbains de demain.

Une réunion de quartier dans le cadre de l'application du schéma directeur d'aménagement urbain, Derb Marrakerch. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)
Une réunion de quartier dans le cadre de l'application du schéma directeur d'aménagement urbain, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)

 

6. Les associations actives dans les quartiers populaires sont toujours
 à la recherche de partenariats. Ici,
 à Marrakech, Younes, le président de l’association Derbna, rencontre les représentants d’une association de ferronniers. Les partenariats sont indispensables en raison du peu de moyens.

Trois hommes du monde associatif du quartier discutent afin de mettre en place de futures collaborations, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)
Trois hommes du monde associatif du quartier discutent afin de mettre en place de futures collaborations, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)

 

7. Les habitants de Derb Marrakech désertent les magasins de leur quartier. Ils s’approvisionnent au marché permanent voisin, la joutia, qui pratique des prix plus compétitifs.

Un marchand de volailles derrière son étale, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)
Un marchand de volailles derrière son étale, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)

 

8. Hicham est considéré comme l’artiste du quartier. D’abord formé aux arts traditionnels marocains, 
il offre aujourd’hui ses talents aux commercçants et habitants de Derb Marrakech, bien souvent gratuitement. 

Hicham travaillant sur une vasque, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)
Hicham travaillant sur une vasque, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)

 

9. Abdellatif est le coiffeur du quartier. Son père tenait déjà le salon qu’il occupe aujourd’hui. Il profite d’un ancien contrat de bail et travaillait encore sans eau courante ni électricité jusqu’il y a peu. Abdellatif arrive tout juste à subvenir à ses besoins.

Abdellatif discute dans son salon de coiffure, Derb Marrakech. (Photp: Benoît Theunissen, 2012)
Abdellatif discute dans son salon de coiffure, Derb Marrakech. (Photp: Benoît Theunissen, 2012)

 

10. Aziz prend place au même endroit, chaque soir, après le coucher du soleil. Il vend des cigarettes au détail en bord de rue. Comme seul repas, il boit le soir un yogourt et un café.

Aziz assis dans un café, Derb Marrakech. (Foto: Benoît Theunissen, 2012)
Aziz assis dans un café, Derb Marrakech. (Foto: Benoît Theunissen, 2012)

 

11. Fréquentées par de nombreux adolescents en décrochage scolaire, les salles de jeux sont à la fois proscrites par la loi marocaine et par la religion musulmane. Même si les jeux proposés ne sont pas des jeux d’argent, ils peuvent devenir sources de paris. Toutefois, les autorités ne sont pas dupes de l’existence de ces lieux. Elles ferment les yeux. 

Une personne devant une console de jeux, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)
Une personne devant une console de jeux, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)

 

12. Une promenade nocturne dans les rues des quartiers populaires de Mohammedia peut révéler un symptôme d’une génération: le haschich.

Een jongeman rookt hasj, Derb Marrakech. (Foto: Benoît Theunissen, 2012)
Un jeune homme fume du haschich, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)

 

13. La télévision est omniprésente, quelles que soient les habitations 
et les différences sociales. Les chaînes arabes rythment la vie quotidienne de tous les foyers, À l’extérieur dans les quartiers plus aisés, on préfère les chaînes françaises.

Une femme, de dos, tournée vers son écran de télévision, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)
Une femme, de dos, tournée vers son écran de télévision, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)

 

14. Sept heures du matin précises. Issam attend assis dans la rue les jeunes qui, comme lui, ont choisi un job de vacances dans la revitalisation de leur quartier. Un travail encadré par une association locale.

Issam assis sur le bord d'un trottoir, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)
Issam assis sur le bord d'un trottoir, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)

 

15. Les jeunes de Derb Marrakech trouvent une échappatoire dans 
le sport. Ils profitent d’installations aujourd’hui vétustes, construites à l’époque du Protectorat français. Ce terrain de sport rentre normalement dans le cadre du Schéma directeur d’aménagement urbain de la région du Grand Casablanca. Un budget devrait être alloué à sa modernisation. Reste à savoir qui va s’en occuper. 

Un terrain de sport dans le Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)
Un terrain de sport dans le Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)

 

16. Des enfants tiennent un petit commerce en bord de rue. C’est
 une habitude pour les jeunes enfants d’imiter l’épicier du coin. Les périodes de fêtes, comme ici le Ramadan, sont propices à ces petits commerces.

Des enfants jouent à l'épicier, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)
Des enfants jouent à l'épicier, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)

 

17. Cette femme épaule son mari dans son activité professionnelle. Elle lave les pattes de boeuf passées dans le feu pour en ôter les poils. Elles seront vendues pour ensuite servir de repas. La  majorité des femmes reste normalement à la maison.

Une femme nettoie des pattes de boeuf, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)
Une femme nettoie des pattes de boeuf, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)

 

18. A quatorze ans, Nabil a toujours habité Derb Marrakech. Tout comme lui, les jeunes ne sortent que rarement de leur quartier natal. Ici, à Marrakech, son regard curieux se pose sur tout ce qui l’entoure.

Nabil entouré de chaussures, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)
Nabil entouré de chaussures, Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)

 

19. Mustapha habite Derb Marrakech, mais il tient une echoppe dans un quartier populaire voisin. On peut se demander comment il arrive à vendre ses vieux stocks d'audio. Et pourtant, il parvient à réaliser un bon chiffre d’affaires journalier. Avec une politique de micro-credits et des conseils en gestion, l’economie locale pourrait croître et se diversifier.

Mustapha dans son commerce, Derb Marrakech. (Benoît Theunissen, 2012)
Mustapha dans son commerce, Derb Marrakech. (Benoît Theunissen, 2012)

 

20. Aziz vit en marge de la société. Ses journées, il les passe dans la rue et dans des petits boulots lorsqu'il en trouve. Il n’a pas de papiers d’identité. S’en procurer n’est pas une dépense prioritaire, il lui faut d’abord survivre. Les zones de vie comme Derb Marrakech sont des quartiers touchés par l’exclusion sociale. 

Aziz dans le Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)
Aziz dans le Derb Marrakech. (Photo: Benoît Theunissen, 2012)

 

 

 

 

LEES OOK
Quentin Noirfalisse / 26-11-2013

Frédéric Jacobs, le hacker belge qui rend la cryptographie accessible au grand public

A 21 ans, il a déjà eu affaire à la SNCB lorsqu'elle avait rendu accessible les données privées de milliers de ses clients sur Internet. Car cet amoureux du code est convaincu d…
Frederic Jacobs, novembre 2013 (Photo: Quentin Noirfalisse, Creative Commons)
Jeroen Deckmyn / 22-11-2013

Yiwu, capitale mondiale du "Made in China"

Le plus grand marché d'échange au monde entier pour les petites marchandises, vous le trouverez dans la ville chinoise de Yiwu: sur une surface équivalant à 500 terrains de…
Made in china
Joris Hermans / 14-11-2013

Immersion photo dans l'hôpital Mosango au Congo

Il a parfois eu le sentiment de n'être qu'un touriste de la misère. Mais une fois l'oeil derrière son objectif, la donne changeait, son rôle aussi: capturer la réalité des…
Foto Joris Hermans