A côté des Jeux Olympiques, la ville de Londres: semaine n°2

30 juli 2012 Julia M. Free
Britise politie-agenten (Foto Julia M. Free)
Britise politie-agenten (Foto Julia M. Free)

Lundi, le 23 juillet 2012

Sur la façade du bureau de la British Telecom sur King Edward Street, des employés ont déployé une banderole géante sur laquelle apparaît le slogan "Bringing us all together for London 2012". La British Telecom est un des partenaires officiels des Jeux Olympiques de Londres.

Les rapports entre le monde de l'argent et les Jeux font débats à chaque nouvelle édition, mais ça n'empêche pas les bureaux publicitaires de mettre le paquet une fois l'évènement venu. Toutes les marques tentent d'attirer l'attention à coups de slogan bien senti : Nike avec "Game on World", Tommy Hilfiger nuance avec "Come on World", Adidas crie un grand "Take the hype" pendant que le Comité Olympique tente de souffler un vent positif sur la ville avec son "Inspire a generation".

King Edward Street, City of London (Foto Julia M. Free)
Des ouvriers tendent une bâche sur King Edward Street, Londres. (Photo Julia M. Free, juillet 2012))

Mardi, le 24 juillet 2012 – Répétition générale au Parc Olympique

Lundi, le Parc Olympique a vu se dérouler les premières répétitions générales de la cérémonie d'inauguration des Jeux. On estime à pas moins de quatre milliards le nombre de personnes qui auront au moins eu un aperçu de l'évènement de vendredi.

60 000 britanniques étaient présents: 15 000 intervenant dans le spectacle lui-même, les autres mettant à l'épreuve les forces de police. Chaque jour durant les Jeux, des dizaine de milliers de personnes parcourront le site. Pour les aider, tous les 50 mètres, un employé perché sur une chaise haute indique au public la direction qu'il doit suivre.

Opening Ceremony Rehearsals, Olympic Parc (Foto Julia M. Free)
Un homme sur une chaise haute, Parc Olympique (Photo: Julia M. Free, juillet 2012)

Mercredi le 25 juillet 2012 - Les services de sécurité

Un large éventail de partenaires, d'agences et de firmes privées ont pour mission d'assurer la sécurité durant les Jeux. Christopher John Allison est commissaire adjoint et le coordinateur de la sécurité nationale olympique: il supervise le travail de la police durant l'évènement et sa préparation. Et à côté de la société privée de sécurité G4S, qui a manqué cruellement de sérieux dans l'organisation des Jeux, l'armée, les pompiers, le comité d'organisation, la Direction olympique du Ministère de l'Intérieur et les services d'ambulance veillent également au bon déroulement des festivités.

Britise politie-agenten (Foto Julia M. Free)
Deux agents de police britanniques, Londres. (Photo Julia M. Free, juillet 2012)

Sponsors

"The Olympic Delivery Authority" a d'ailleurs donné une mission très particulière à 300 personnes: préserver les intérêts des sponsors. Cela signifie qu'ils travaillent au contrôle des marques voulant trop attirer l'attention, ou marchant sur les plate-bandes réservées aux partenaires. Les fournisseurs sont d'ailleurs surveillés de près. Le champ d'opératiron de l'ODA s'étend à un demi-kilomètre autour des sites olympiques, espace dans lequel seuls les marques sponsors peuvent apparaître.

Et les policiers eux-mêmes ne sont pas exemptés de contraintes. Il a été demandé à ceux patrouillant sur le Parc Olympique de cacher leur snack ou leur chips dans un sac plastique neutre afin que la marque du produit ne soit pas visible.

Politie te paard (Foto Julia M. Free)
Deux policiers britanniques à cheval, Londres. (Photo Julia M. Free, juillet 2012)

Jeudi, le 26 juillet 2012 – Wembley Stadium

Le stade de football de Wembley jouera lui aussi un rôle dans ces Jeux Olympiques: 90 000 fans sont attendus pour les compétitions de foot. Mais à la différence d'autres tournois, les tickets se sont vendus difficilement. Si bien que le Comité Olympique a pris la décision drastique de retirer du marché un demi-million de tickets. Mais ceci n'a pas eu d'impact sur Wembley, dont les statistiques sont restées bonnes.

Le Nord-Ouest de Londres est également marqué par la mise en place de mesures de sécurité impressionnantes. Autour du stade, un mur érigé à l'aide de gros sacs de sable a pour fonction de décourager les possibles terroristes. Alex, un irlandais travaillant pour la firme érigeant ce mur n'est pas convaincu par le concept.

Alex bij het Wembley Stadium (Foto Julia M. Free)
Alex, ouvrier irlandais près du stade de Wembley. (Photo Julia M. Free, juillet 2012)

Vendredi, le 27 juillet 2012 – Sonnez les cloche

8h12, les cloches de Big Ben retentissent dans Londres. C'est exceptionnel car en temps normal, seules les heures pleines bénéficient de ce son. La photographe Julia M. Free y était, comme des milliers d'autres personnes. Ailleurs dans Londres et dans toute la Grande-Bretagne les cloches ont sonné à 8h12 à l'occasion de l'ouverture des Jeux.

Ring the Bells (Foto Julia M. Free)
Sonnez les cloches, Londres. (Photo Julia M. Free, juillet 2012)

Samedi, le 28 juillet 2012 - Le relai de la torche

Le voyage de la torche olympique avait débuté en mai, pour une durée complète de 70 jours. Durant son parcours, huit mille personnes ont porté le flambeau, dont le britannique Chris Janzen, 41 ans. Originaire de Fitzrovia, dans le Nord-Ouest de Londres, il a été sélectionné comme porteur au vu du travail qu'il a réalisé en tant que coach et entraîneur sportif.

Chris Janzen uit Camden, Londen, draagt de Olympische fakkel (Foto Julia M. Free)
Chris Janzen porte la flamme olympique. (Photo Julia M. Free, juillet 2012)

La torche en elle-même est une création des artistes Edward Barber et Jay Osgerby, elle pèse 800 grammes et 800 trous ont été percés dans l’aluminium qui la compose. De forme triangulaire, elle déroge à la forme cylindrique habituellement utilisée pour ce type d'objet. Le combustible qu'elle contient lui permet de brûler durant une dizaine de minutes.

Dimanche, le 29 juillet 2012 - Les "onze de Munich"

La Coalition Britannique et Israélienne a inauguré un monument à la mémoire des "onze de Munich": onze athlètes israéliens avaient été tués dans une prise d'otage lors des Jeux Olympiques de Munich en 1972. Une minute de silence a eu lieu sur Trafalgar Square.

De 'Munich Eleven' worden aan Trafalgar Square herdacht (Foto Julia M. Free)
Un homme et une femme lors de l'inauguration du monument 'Munich Eleven', Trafalgar Square, Londres.  (Photo Julia M. Free, juillet 2012)
LEES OOK