Diamantgate: seul Ecolo prévoit de passer à l’attaque en Wallonie

0

A Apache, nous avons demandé à des représentants des quatre grandes formations politiques de Wallonie leurs réactions face aux tensions et aux affaires liées à la sphère diamantaire anversoise. Pour Ecolo: “Le dossier du diamant est certainement celui où la proximité entre les milieux politique et économique est le plus spectaculaire dans notre pays.”

Diamandgate leidt tot een open oorlog in het Antwerps justitiepaleis

Les évènements au Palais de Justice d'Anvers concernant le diamantgate ne mobilisent pas les politiques wallons

Au centre de nos discussions, l’existence du fameux “Parlementair Diamantforum” : association non officielle de personnages politiques flamands défendant les intérêts du secteur des diamants à Anvers. Groupe chapeauté par Jan Jambon (NV-A), accompagné de Servais Verherstraeten (CD&V) et Willem-Frederik Schiltz (Open VLD). Maya Detiège (sp.a) a rejoint le groupe par la suite afin de garder un oeil sur ses activités.

Et puis aussi, et surtout, nous avons évoqué cette loi ayant permis au procureur général d’Anvers Yves Liégeois de privilégier des négociations discrètes avec des diamantaires fraudeurs, plutôt que de les faire passer devant un tribunal. Pour rappel, elle a été votée au printemps 2011 par le gouvernement démissionnaire d’Yves Leterme. Ce texte donne la possibilité aux fraudeurs, à tout moment et tant qu’ils ne sont pas définitivement reconnus comme coupables, de racheter leur culpabilité grâce à un accord financier discret avec le parquet.

Lorsque l’on sait que dans deux dossiers importants touchant à la fraude du diamant, le montant ayant échappé au fisc belge est estimé à près de 2 milliards d’euros, cela a de quoi pauser question.

Catherine Fonck, Présidente du groupe des élus cdH à la chambre :

Je ne veux pas me prononcer sur le fonds des dossiers, notamment celui concernant les tensions au sein du palais de justice d’Anvers.

Par contre, pour ce qui est de la fraude, si elle est avérée, c’est une tricherie qui doit être réprimée et remboursée. Surtout au vu du montant effrayant avancé alors que nous sommes en pleine restriction budgétaire.

Pour ce qui est de ce « diamantforum », il faut bien voir que ce n’est pas le seul secteur économique à faire du lobbying en Belgique : tous les grands secteurs en font. Et ce n’est pas un problème tant que cela reste dans les limites de la légalité. Chaque politique est responsable de cela et à veiller à éviter les actes illégaux.

Georges Gilkinet, membre du groupe Ecolo – Groen à la chambre

Ce système d’accord à l’amiable pour les fraudeurs, on s’y est opposé dès son introduction. C’est l’apparition d’une justice de classes, qui offre une porte de sortie honorable à ceux qui ont les moyens de se la payer. Sans pour autant jamais trop débourser.

Ces accords discrets privent aussi la société tout entière de la publicité du procès de ces fraudeurs. Cette publicité est quelque chose d’essentiel en démocratie: elle montre ce qu’il en coûte de jouer avec la loi. Je compte bien d’ailleurs interroger le nouveau ministre des finances à ce sujet, afin de voir à combien se chiffre le montant des amiables réalisées jusqu’à présent.

Le dossier du diamant est certainement celui où la proximité entre les milieux politique et économique est le plus spectaculaire dans notre pays. Et je compte bien surveiller cela.

Alain Courtois, sénateur du Mouvement Réformateur (MR)

Je regarde ces affaires attentivement mais le procureur général Yves Liégeois est celui qui fixe la ligne et la politique de son parquet à Anvers. Je suis attaché à la séparation des pouvoirs : je le laisse donc agir.

Pour ce qui est de son choix de privilégier le système des négociations, il ne faut pas oublier que c’est le parquet qui décide si des poursuites se justifient ou pas. Et la loi comme elle l’est actuellement, permet ce type de négociations. Maintenant, d’un point de vue plus philosophique, il est opportun d’analyser la mise en oeuvre de ce texte et de remettre en question ce texte, de le réévaluer. Mais ce n’est pas encore à l’ordre du jour au MR.

Quant à l’existence de ce « Diamantforum », je ne me suis jamais opposé à ce que des secteurs économiques d’importance, comme l’est le diamant, créent des liens avec le monde politique. C’est même important pour la vie de ces secteurs. Mais il faut veiller à ce que cela reste dans les limites de la légalité.

Le service communication du Parti Socialiste (PS)

On l’a attendu la réaction du Parti Socialiste: trois jours, pour au final recevoir deux paragraphes via courriel. Vous vous ferez votre propre idée:

La lutte contre la fraude est une priorité. Il y a plusieurs manières d’y parvenir: les poursuites correctionnelles ou des transactions. Le choix entre les deux voies appartient au parquet mais aucune n’entraine l’impunité. Dans certains dossiers, les transactions sont mieux adaptées et font rentrer de l’argent dans les caisses de l’Etat. Quel que soit la voie choisie, il y a une réaction de la société qui montre que la fraude est inacceptable.

Je [le porte parole] ne me prononce pas sur ce cas particulier [du “diamantforum”] mais quel que soit le dossier, les hommes et femmes politiques doivent s’abstenir de défendre des intérêts privés. Nous sommes là pour servir l’intérêt général.

 

 

Auteur: Sylvain Malcorps

Manager d’Apache.be partie francophone, j’apprends tous les jours à faire mon métier de journaliste.

sylvain@apache.be
Facebook: Sylvain Malcorps

Word lid

Lees direct verder en steun onafhankelijke onderzoeksjournalistiek. Nu nog aan 6,66 euro per maand.


Ja, ik word lid